AG 2017/03/01 (T.Ducamps)

8 mois de billons pour plus de productivité en pommes de terre

Vidéo de la présentation

Introduction

Thomas Ducamps a mise en place des cultures de pommes de terre sur des parcelles d’un voisin en non labour depuis 20 ans. Il avait remarqué que les terres étaient bien plus faciles à travailler malgré un ressuyage plus long. L’absence de gel de ces dernières années et la caractéristique de son sol, un limon-argileux (±25 % d’argile) l'on poussé à mener des essais sur ses propres parcelles.

Il a donc naturellement voulu passer en non labour : l’émergence de l’idée des billons à l’automne lui est apparu comme une possibilité intéressante vu ses craintes vis-à-vis du non labour à plat pour limiter le problème de ressuyage.

Le but est d’avoir une terre non travaillée pendant une période (la plus longue possible) et de réaliser un travail du sol quand la terre est la plus sèche.

Présentation de l'exploitation

Le non labour n’est pas systématique pour l’ensemble de l’exploitation. Le choix de réaliser celui-ci dépendra du type de culture et du type de sol.

L’exploitation recouvre  800 ha dont 200 ha de pommes de terre à chair ferme, destinées au marché du frais. La période d’arrachage est assez courte : elle s’étend  du 15 aout au 1 octobre.

Caractéristique du taux de MO

En 2000, période où il a débuté la culture de pomme de terre, le sol était à 1, 92 de matières organiques. En 15 ans d’intensification avec un apport de compost régulier, il est passé à 1,7- 1,8.

Par contre, les sols du voisins en non labour sont à 2,2. Le taux de Mo est visible à l’œil nu avec des terres beaucoup plus noires.

Le grandes étapes de la préparation de son sol

Le travail du sol se passe en septembre. Il utilise une rampe de décompactage placée à l’avant du billonneur et un semoir a été intégré à l’arrière du billonneur. Le semis d’avoine s’effectue à la volée en même temps que l’étape de billonnage.

L’apport d’engrais de fond se passe avant le billonnage. Il est en effet difficile de venir par la suite avec un épandeur lorsque les buttes ont été formées.

À la sortie de l’hiver, vers la fin janvier, il réalise une destruction chimique du couvert.

La préparation des terres s’opère en deux passages : Il réalise un passage de fraiseuse à la mi-avril (fraise 3 planches) et un deuxième passage pour la plantation directement dans les pré-buttes.

Les avantages et inconvénients de cette méthode:

Conclusion

Un test de productivité a été réalisé en 2016 sur la variété Lady Anna. Pour rappel, ce fut une mauvaise année ! La parcelle présentait un taux de Mo très faible et suite à plusieurs problèmes (orages, maladies, …) il y eut une grande perte de tiges au départ de la culture.

Au niveau du rendement, on a observé un gain de 19 %. Le test a été réalisé en comparant les rendements obtenus dans la fourrière de champs qui a servi de témoin et dans la parcelle billonnée.

Il est à retenir que l'on peut déjà observer différents éléments significatifs :

  • Un enracinement plus important,
  • Une terre plus souple,
  • Une tubérisation améliorée,

Cette expérience doit être renouvelée pour permettre une comparaison des rendements sur plusieurs années.

Les articles communiqués par l’ASBL Greenotec, que ce soit dans les Greenotélex ou sur son website, sont donnés à titre purement informatif et ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de l’association. Le sponsoring accepté par l’ASBL Greenotec pour permettre la réalisation de son but social n’équivaut pas à une certification ou agréation de la politique commerciale des sponsors. Toute reproduction ou copie de cet article, même partielle et quel que soit le moyen utilisé, ne peut se faire sans l'accord écrit préalable de l'ASBL Greenotec.