AG 2016/03/08 (Ranjard L.)

L'activité biologique des sols en
agriculture :

Son intérêt, l'impact des pratiques,
comment la maximiser,
son suivi...

(Résumé de l'intervention faite par Lionel Ranjard pour l'AG de Greenotec du 08/03/2016)

Documents disponibles :

Vidéo de la présentation

Suport de présentation

(Pour afficher les vidéos en plein écran, cliquer sur le texte inscrit dans la banière qui apparait lorsque l'on met le cursseur de la souris sur la vidéo)

Le 8 mars 2016, l’ASBL Greenotec proposait pour son assemblée générale annuelle un séminaire consacré aux sols dans la grange rustique du golf de La Bruyère à Villers-la-Ville. Cet événement, organisé en collaboration avec les autres partenaires du projet CARBIOSOL, a regroupé plus de 120 agriculteurs.

Pour l’occasion un conférencier de renom a fait le déplacement depuis Dijon : le biologiste et excellent vulgarisateur, Lionel Ranjard, de l’INRA.

Pour ce chercheur en biologie appliquée, le sol est comme une maison : pour y vivre confortablement, il faut un toit et un frigo bien rempli. Le toit représente la structure du sol, on l’améliore en jouant sur la diversité végétale, les rotations et la diminution du travail du sol. Il faut penser également à remplir régulièrement le frigo avec de la matière organique facilement ingérable.

Lionel commence par nous rappeler, si c’est encore nécessaire, que le sol est un milieu bel et bien vivant ! Un gramme de sol contient plus d’un million d’espèces différentes. Parmi ces espèces on retrouve entre autres, des bactéries, des champignons, des nématodes, des acariens, des coléoptères, des mollusques, des vers de terre, … A ce titre, le sol est notre dernier réservoir de biodiversité.

Un milliard de bactéries par gramme de sol

Un gramme de sol contient également entre cent million à un milliard de bactéries ! A l’échelle d’un hectare, elles représentent un poids de 2500 kilos de carbone vivant. Pour les champignons et leur mycélium, on atteint même 3500 kilos de carbone vivant par hectare. Autant dire qu’il y a plus de carbone dans le sol que sur le sol.

Photo: Lionel Ranjard

A chaque organisme correspond une fonction biologique et à chaque fonction biologique correspond une fonction agronomique. Et c’est en cela que Lionel Ranjard diffère des autres biologistes : il nous montre directement le lien entre la diversité biologique des sols et leur intérêt pour l’agronomie.

Les fonctions biologiques des micro-organismes du sol directement intéressantes pour l’agriculture sont la fourniture des éléments nutritifs (cycles N, P, S, …), le maintien de la structure du sol, sa détoxification, la régulation des nuisibles (via la bataille pour les ressources nutritives), le labour biologique, l’aération du sol, la remobilisation de la matière organique, …

Une assurance gratuite

Les micro-organismes se reproduisent vite et leur génome est très « plastique ». Ainsi, de génération en génération, ils s’adaptent très vite au changement. Lors d’une perturbation survenue dans le sol (attaque d’un nuisible, manque de nutriment, …) ils sont alors très vite à même de jouer à nouveau leur rôle agronomique. L’intérêt d’avoir dans son sol un réservoir de micro-organismes variés prend alors tout son sens et la biodiversité du sol devient à ce titre l’assurance à court et moyen terme de l’agriculteur. Assurance tout à fait gratuite, mise en œuvre par un milliard d’ouvriers travaillant 24h sur 24, 7 jours sur 7.

La biodiversité d’un sol se mesure par analyse ADN

La biodiversité dans le sol : soit on y croit sans voir, soit on la mesure. C’est ce que fait l’INRA de Dijon. Fut un temps où les micro-organismes étaient dénombrés par une mise en culture sur des boîtes de petri. Depuis l’arrivée des analyses de l’ADN, il y a de cela 20 ans, ce temps est révolu. Depuis cinq ans, la technique de séquençage massif est utilisée en routine au laboratoire de l’INRA de Dijon. Ils analysent ainsi le génome des sols afin de le caractériser quant aux types de micro-organismes présents et à leur nombre. On parvient également à identifier des gènes qui ont des fonctions particulières.

La biodiversité du sol est une barrière pour les pathogènes

Le chercheur en biologie a introduit dans un sol la bactérie « Listeria », pathogène bien connue des femmes enceintes interdites de charcuterie et de légumes souillés de terre. Ce sol n’étant pas son habitat habituel, les micro-organismes du sol vont l’éliminer. Dans un sol classique, la disparition du pathogène prend une semaine. Si on altère la biodiversité de ce sol, il faut alors quinze jours et si la biodiversité est fortement altérée, il faut plus de trois semaines pour l’éliminer. Le grand nombre et la variété de micro-organismes dans un sol constituent une barrière vivante pour les pathogènes.

Sans micro-organismes dans le sol, la production végétale est réduite

Sans engrais, une luzerne qui croit sur un sol stérilisé atteint 7 cm de hauteur après 4 semaines alors que sur un sol natif non stérilisé elle atteint 15 cm. En terme de surface foliaire, cela représente un facteur 6. Si l’on ajoute des engrais NPK, le facteur de multiplication de la surface foliaire grâce à un sol vivant est de plus de cinquante par rapport au sol stérile.

Phot: Lionel Ranjard

Le labour favorise la diversité bactérienne mais diminue la diversité fongique

Les différences de biodiversité et l’abondance microbiennes liées à différentes pratiques agricoles ont également pu être mises en évidence. On apprend ainsi que c’est le sol de culture non labouré qui contient la plus grande biodiversité. En effet un sol perturbé régulièrement de manière modérée (par les techniques culturales simplifiées par exemple) entrainera une prolifération rapide des micro-organismes qui s’adapteront rapidement, et avec eux la batterie de fonctions biologiques associées. A contrario d’une perturbation comme le labour qui est trop drastique et ne mènera pas à une si grande diversité de micro-organismes. En effet, le labour favorise la diversité bactérienne (en aérant le sol entre autre) mais diminue la diversité fongique (en cassant l’habitat des champignons que sont les macro-agrégats et leurs organes de reproduction, les hifs). En outre, les populations de bactéries favorisées par le labour ne sont pas aussi intéressantes que celles présentes en non-labour. Après un labour, les populations de bactéries sont plutôt des bactéries opportunistes qui épuisent les ressources en dégradant la matière organique de manière exagérée et des bactéries pathogènes. En outre, le labour détruit la macro-structure du sol et au final le sol se tasse.

Et contrairement aux croyances, les sols de forêt ne sont pas les plus riches en biodiversité. Cette fois-ci cela est dû aux trop faibles perturbations du sol n’incitant pas les micro-organismes à se multiplier, à évoluer, à s’adapter et à mettre en oeuvre des fonctions biologiques diverses.

 

De nombreux résultats ont encore été présentés par ce chercheur à l’occasion de l’assemblée générale de Greenotec...

Le sol est un précieux compte d’épargne pour l’agriculteur et sa biodiversité est un placement très rentable à moyen et long terme, même Saint-Thomas en est maintenant convaincu!

______________________________________________________________________________________________________________________

Synthèse rédigée par M. Merchier (ASBL Greenotec), Caroline Chartin (UCL) et Frédérique Hupin

 

Les articles communiqués par l’ASBL Greenotec, que ce soit dans les Greenotélex ou sur son website, sont donnés à titre purement informatif et ne peuvent en aucun cas engager la responsabilité de l’association. Le sponsoring accepté par l’ASBL Greenotec pour permettre la réalisation de son but social n’équivaut pas à une certification ou agréation de la politique commerciale des sponsors. Toute reproduction ou copie de cet article, même partielle et quel que soit le moyen utilisé, ne peut se faire sans l'accord écrit préalable de l'ASBL Greenotec.